• Benoît Aymonier

Comment se libérer de la manipulation ?


Qui n’aspire pas à vivre en se sentant totalement libre de pouvoir exprimer et manifester ce qu’il est profondément (son Être essentiel) ? A pouvoir vivre sa vie dans toute son authenticité, sans peur, ni honte, ni culpabilité ? Se positionner en alignement avec son Être essentiel, c’est être en totale transparence, libéré de tous masques ou boucliers. C’est montrer et communiquer au monde ce que l’on est, y compris dans ses zones les plus sensibles et vulnérables. C’est ce que j’appelle « ouvrir son cœur aux autres ». Une objection m’a souvent été exprimée par rapport à des personnes qui ont tendance à les manipuler et qui pourraient utiliser leur ouverture de cœur pour tirer avantage de leurs vulnérabilités. Je suis par ailleurs souvent confronté à des problématiques de manipulation dans les mandats de coaching que l’on me confit. Comment concilier l’aspiration à l’authenticité et le besoin de sécurité dans nos relations interpersonnelles avec des “manipulateurs” ?

Avant tout, il convient de préciser que la manipulation n’est ni bonne ni mauvaise en soi et que toute relation interpersonnelle peut, dans un sens très large, être qualifiée de manipulation : un vendeur et un acheteur, un professeur et un étudiant, un parent et un enfant, un acteur et son public, un homme politique et ses électeurs, un chiropracteur et un patient, un escroc et un pigeon …

On peut schématiser les interactions de la façon suivante :

Deuxième notion importante qu’il convient de souligner : il n’y a pas de manipulateurs sans manipulés. C’est une danse qui se pratique au minimum à deux personnes. Pour quelles raisons un manipulateur essaye-t-il de manipuler, à savoir agir de façon directe ou indirecte en vue de contrôler ou de faire changer les autres ? À moins que ce ne soit à l’initiative même de la personne manipulée qui demande de l’aide pour changer et transformer quelque chose en elle, c’est dans 100% des cas motivé par un mécanisme de protection, conscient ou inconscient, de la part du manipulateur qui cherche à agir sur les autres pour retrouver son confort et sa sécurité. Par ailleurs, une manipulation n’est possible que s’il y a une prise. Et sur quoi s’appuient les manipulateurs pour arriver à leurs fins ? Sur ce qui constitue des prises de manipulation, à savoir les peurs, les blessures, les faiblesses et les protections de ceux qu’ils cherchent à manipuler. Par exemple, une manipulation qui s’appuie sur la peur ou la culpabilité ne peut fonctionner que si la personne manipulée se croit en danger ou se sent coupable.

Prenons un exemple vivant pour illustrer cela : Françoise s’est construite avec une blessure d’humiliation dans son enfance. Très sensible aux critiques, elle est très vite déstabilisée, ce qui affecte sa confiance en elle. Aussi, pour éviter de revivre toute situation potentielle dans laquelle elle pourrait être jugée et dépréciée par les autres, elle est devenue perfectionniste dans son travail et obtient de très bons résultats. Elle n’en est